Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 21:15
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier

Retour sur un belle course depuis le refuge de l'Envers des Aiguilles.

Il y a des lieux dans le massif du mont Blanc que l'on affectionne particulièrement. Revenir chaque année à l'Envers des Aiguilles pour gravir une des grandes voies qui permet de basculer sur le versant Nantillon est presque un besoin.

Cette année l'enneigement exceptionnel de ce début de saison permet un accès facile pour prendre pied sur le rocher. C'est le cas pour l'Eperon "Troussier" aux Ciseaux. Il faut en profiter car certaines années la baisse du glacier impose de passer par la voie "le festin de Babeth" puis de redescendre au premier relais. Au petit matin ces manoeuvres sont peu confortables.

Mais avant de remonter dans le pilier, petit retour en arrière.

Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier

Juin m'a éloigné de la montagne et c'est avec un réel plaisir que je me suis retrouvé avec Cathi à remonter la mer de glace toute caillouteuse, à besogner dans les échelles toujours plus longues pour quitter le glacier et serpenter à travers les dernieres pentes herbeuses tout en admirant cette montagne merveilleuse. La neige accumulé contraste avec le noir du granit et l'herbe fluorescente. Au détour d'un lacet, la soif se faisant sentir quoi de plus agréable que de plonger le nez dans un cascade d'eau giclant sur le rocher chaud. L'eau est fraiche et son gout minérale. Ce n'est pas dans une bouteille plastique que l'on ressent çà. Ce soir au refuge nous sommes seulement une dizaine. Evelyne vient seulement d'ouvrir. La température intérieure nous rappel l'age du refuge et son isolation à l'ancienne : des murs de pierre. Mais quel accueil !!! Souvent les montagnes nous attire, les itinéraires nous font rêver mais ce qui nous marque ce sont les hommes ou femmes qui y vivent.

Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier

En quittant le refuge à 3h30, la chaleur est toujours là. Ne pas trop s'habiller, marcher doucement et rejoindre le pied de la face en rentrant dans le cirque du Fou. Les pieds brassent la neige molle sans trace. Pas de lune, la nuit est noire. Seulement au loin j'aperçoit une cordée quittant le refuge de la Chapoua. Ou vont ils ? Drus, Verte ? Mais par ou ? Plus tard on les apercevra dans le couloir de la Sans Nom. Le couvercle est animé aussi. Des cordées partent à la Verte ou aux Droites. Torino ou plutôt l'arrivée du télécabine est un vrai phare dans la nuit.

Dans le cone d'approche la nuit s'ouvre. Un trait clair se dessine sur l'horizon. En quelques minutes tous s'illumine. Vite prendre pied sur le rocher pour enfiler les chausson et enchainer les longueurs. Cathi à failli me faire râler quand elle a sorti ces deux pieds droits de chausson du sac à dos mais finalement rien. J'étais trop content d'être là dans cet univers que j'aime. Personne, à peine un peu de vent de lever de jour. L'option pour elle d'un chausson sur un pied et d'une grosse sur l'autre fut finalement gagnant. Une chaussure en moins à porter et de la précision pour un pied quand l'autre joue dans les fissures.

Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier

Au fil des heures le ciel se charge. La météo n'est pas celle annoncée. Je perçois l'humidité dans l'air et m'attend à la pluie. En haut du pilier le doute est présent. Un petit appel au téléphone à Cédric qui est au sommet de la Tour Ronde me confirme que le vinaigre n'est pas loin. La Verte est prise dans les nuages. Le Mont Blanc aussi. Monter et traverser rapidement ou descendre de suite. J'hésite. Il est tôt. Seulement 9h. Je décide d'aller voir un peu plus haut. Quitte à descendre sous la pluie. Connivence d'une cordée qui se connait bien. Nos regards se croisent et l'on avance.

Les vires sont remplies de neige. Je préfère l'option de grimper sous les vires et ne pas bartasser dans la neige. Plus haut, les mètres de rochers déroulent rapidement. Cati est sure. C'est le terrain qu'elle affectionne particulièrement. A 10h30 nous sommes aux Ciseaux. J'ai pris la décision, on traverse. Les banquettes, vires sous Blaitière sont remplies de neige pour rejoindre le sommet du couloir Spencer. On prend notre temps. Cette année pas question de rejoindre l'arête Bregaud. Les dalles sont sous la neige. La descente du couloir est rapide bien que l'on enfonce au genou.

Plus bas le glacier des Nantillons s'ouvre à nous. Aucune trace. Le brouillard va et vient nous laissant parfois pendant de long moment dans le grand blanc. Ce lieu je le connais par coeur. J'ai eu la chance de passer par la peut être une vingtaine de fois. Bien que chaque année les conditions évolues je me laisse guider par l'instincts et les repères des années passées.

Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier
Eperon SE des Ciseaux - voie Troussier

Les heures ont passées nous nous retrouvons à 15h sur la morraine. Les pieds sont trempés. Les cordes pèsent trois tonnes. Les genoux couinent mais le sourire est là. Un sourire pour ces heures passées là haut sans trace ni personne. 

 

Une pleine journée se termine. Il ne nous reste plus qu'à rentrer tous doucement jusqu'au plan de l'aiguille. Une nouvelle page se tourne et la saison d'été continue. Inventer, réinventer, susciter l'envie et garder sois même le désir d'être là haut. 

 

Merci Cati pour cette belle course

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide
commenter cet article

commentaires