Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 16:10

Dernière course avant de partir en vacances !!!

Avec Patrick chaque année nous arpentons l'alpe. Au fil des années les belles courses se sont alignées : Crépon, pilier du Fréney, Pilier du bout du monde, pilier Gervasutti à la Gugliermina et bien d'autres ascensions de moindre engagement les années ou la météo jouait avec nos envies.

Non pas par soucis de collectionner mais plus par envie de passer du temps dans des endroits reculés des alpes.

Cette année je n'avais pas le choix, il fallait caller une date avant le 4 aout date du départ pour 6 mois de voyage en famille.

Malheureusement la météo de dimanche dernier était peu favorable pour une longue ascension.

Nous décidons d'aller à l'aiguille de la République avec si la météo le permet l'option de continuer sur les grands Charmoz.

L'association de ces deux courses est une vraie merveille. Le topo pour la deuxième partie est vite appris car il se résume à trois lignes. Si l'on devait le refaire on écrirait surement deux pages.

Alors on cherche et l'on erre dans la montagne.

Cette fissure ou celle là ?

Ce gendarme par ce côté ou par l'autre ?

Quand on trouve un piton c'est la fête. On le regarde comme si il était arrivé là par surprise. Parfois on ose même pas le toucher tellement il a vécut.

Patrick est concentré. L'évolution corde tendue dans ces terrains demande une grande confiance l'un en vers l'autre.

Savoir que l'autre nous assure dans les pas qui sont difficiles pour soi,

Savoir grimper sur, tester les prises avant des tenir,

Savoir passer au bon endroit pour ne pas se fourvoyer aussi bien pour le second que celui devant.

Savoir donner du rythme pour avancer,

Savoir s'arrêter au bon endroit pour assurer, récupérer.

Savoir se protéger dans les pas aléatoires, savoir protéger pour que le second soit bien assuré.

Tout des petits points qui donne un vrai engagement et une concentration de mètres en mètres.

J'aime cet effort qui dure.

J'aime moins quand la météo annoncées est fausse. Il m'arrive parfois d'haïr les météorologues bien que se soit des amis.

La météo annonçait une vigilance orange pour la fin de journée. Avec un gros coup de vent et de la pluie pour la soirée. Mais la journée devait être belle jusqu'en fin d'après midi.

A 8h15 nous sommes au sommet de la République. Bien qu'au levé du jour des nuages rouges nous ont fait tremblés au fil des heures le ciel est devenu grand bleu, le vent nul.

On décide donc d'enchainer sur les Grands Charmoz.

A 12h15 on bascule sur le sommet. Depuis 2h le ciel c'est chargé de nuages bien gris.

Au loin, à l'ouest un colonne d'eau arrose les Aravis. Elle se rapproche à vitesse grand V.

A 13h nous sommes sous le grésil qui se transforme au fil de la descente en trombe d'eau. Le vent forcit. J'ai bien fais de ne prendre qu'un coup vent et pas une vraie veste imperméable. Il faut filer en bas avant que la descente des Grands Charmoz se transforme en coulée de pierre emmenée par l'eau.

Une accalmie nous pose sur le glacier de Nantillons. La suite est plus sereine. Les séracs sont bien moins menaçants que les années passées. Je me surprend à comparer ce risque à celui de la traversée du couloir du Gouter.

En descendant l'autre jour de Peuterey nous avons pris l'option de passer par l'aiguille du Gouter. Plus facilement en bas, possibilité de boire un coup au refuge...pleins de bonnes raisons de confort.

Pendant la descente de l'aiguille du gouter les pierres n'arrêtaient pas de tomber dans le couloir. Elles ricochaient, elles fusaient, elles emportaient une partie du couloir et libéraient la neige enchâssé. Au fil des minutes le couloir se transformait en un torrent de boues et de cailloux.

Les gens montaient, descendaient sans vraiment d'inquiétude marquée. Des guides, des amateurs, des alpitraileurs...Moi je me demandais ce que je faisais là. Une vraie inquiétude montait en moi. Comment vais je faire pour traverser se merdier. Attendre le regel de la nuit. Mais les rocher étaient tellement chaud que le regel se ferai surement que tard dans la nuit, quand les cordées de Tête Rousse partiront. Quand se sera compliqué pour se croiser. Hummmm pas très serein tous çà.

Et puis devant la sérénité des grimpeurs croisés je me demandais si c'était moi qui devenait trop inquiet en montagne. Suis je devenus vieux ? Suis je usés par ces risques compliqués à gérer ? Est ce que la montagne devient trop déversante pour moi ?

J'aime l'engagement des grandes courses. J'aime la concentration que demande ces itinéraires. J'aime comprendre les risques et prendre les décisions face à eux. J'apprécie de renoncer face à des situations ingérables. Sur le Gouter je ne sais plus. Tous se dissous dans l'acceptation collectif du danger. Il est acter par tous les acteurs que l'on peut trouver des solutions sur le moment.

Qu'est ce qui pouvait pousser l'homme à affronter un danger aussi important pour simplement du loisir pour les amateurs ou pour gagner sa croûte pour les professionnels. Il y a peu d'endroit dans notre société ou un risque majeur connu est aussi facilement accepté.

Aujourd'hui sur les Nantillons nous sommes seuls. Pas de danger lié à d'autres cordées. La pluie à repris et c'est comme des clodos trempés jusqu'aux os, grelotant de froid que nous nous retrouvons sur les moraines pour rejoindre le plan de l'Aiguille. Il est temps de rentrer à la maison. Relacher la concentration, se laisser envahir par la chaleur de la vallée et surtout aller boire un bière pour repenser ces moments uniques.

Merci Patrick pour ton engagement là haut.

Merci Evelyne, gardienne de l'Envers pour ton accueil. A l'année prochaine.

La muraille de l'Aiguille de Roc, du Crépon, des Grands Charmoz et de l'aiguille de la République

La muraille de l'Aiguille de Roc, du Crépon, des Grands Charmoz et de l'aiguille de la République

Le ciel rouge du matin fais trembler le.......
Le ciel rouge du matin fais trembler le.......
Le ciel rouge du matin fais trembler le.......
Le ciel rouge du matin fais trembler le.......

Le ciel rouge du matin fais trembler le.......

La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.
La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.

La montée à l'aiguille de la République et son monolithe final.

La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.
La suite pour monter au Grands Charmoz.

La suite pour monter au Grands Charmoz.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide - dans Alpinisme
commenter cet article

commentaires