Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2022 5 20 /05 /mai /2022 14:47

Les belles rencontres du monde ! 

Ce mois de mai m’a emmené au Kazakhstan. 

Encore une sacrée découverte. Des sommets à pertes de vue, des ambiances bien isolées au cœur des montagnes dans des petits cabanons perdus au fond d’un cirque glaciaire. Comme souvent le ski a été un prétexte pour venir découvrir ces montagnes Trans-Ili Alataou. A la fois si loin de chez nous et si proche d’Almaty la capitale commercial et culturel du Kazakhstan elles se dressent majestueusement comme une carte postale dessinée à la main, ou l’on aperçoit derrière des rangées d’immeuble colorés des sommets enneigés.

Aujourd’hui je rentre de ce voyage improbable. Reporté depuis 2020, la virologie planétaire et les décisions intergouvernementale nous avait éloigné de ce projet. L’équipe c’est même réduite, certains préférant attendre des temps plus calmes dont je doute qu’ils arrivent. En ce début d’année les médias nous effrayaient en relatant l’embrasement des rues d’Almaty. La grogne suite à la hausse des prix particulièrement du gaz, poussait bon nombre de kazak a manifester. Le président décrié décrétait l’état d’urgence et demandait même au gouvernement de la Russie un soutien armé ! Pendant ce temps les médias européens écrivaient largement que le Kazakhstan n’était plus un pays serein pour un touriste skieur. Je me demande ce qu’ils auraient écrit pendant la crise des gilets jaune !!! qu’aurait-on pensé si les médias étrangers déconseillaient aux personnes souhaitant venir en France skier !!! 

Un wagon en tôle. Notre refuge pour la semaine est un wagon arrivé dans ce cirque glaciaire par je ne sais quel miracle. Les tôles sont rouillées, certaines même se décollent de la structure. Surprenant une fenêtre à été changée pour un double vitrage digne d’une maison BBC. En revanche la terrasse fait peur. Enchevêtrement de barre de ferrailles rouillées ou la moindre pression fait douter que tout s’écroule, elle est recouverte de lambeau de bois. Vous savez ce bois vermoulu ou juste en l’apercevant on se demande quel morceau est encore solide. 

J’ai souris quand j’ai découvert ce lieu. Quand nous sommes arrivés il faisait un temps magnifique. Les montagnes dominantes ne donnaient qu’envie d’aller les gravir. On arrive à ce refuge par le haut. Le premier coup d’œil est agréable. Idéalement placé à la confluence des différentes vallées la vue est large. Plus haut les faces sont raides et les lignes à skier attirantes, inévitablement elles rappellent qu’elles ne se skient surement pas dans n’importe quelles conditions.

Dire que j’ai de l’appréhension serait trompé. Mais j’y pense. Je regarde cette fameuse pente ou Laurent a disparu le 13 avril dernier. Nous ne nous connaissions pas mais son histoire me touche, me marque et m’interroge sur ma pratique. Relié par ce lieu commun du bout du monde que nous sommes venus découvrir tous les deux à des moments différents, son histoire aurait pu être la mienne. Je me suis dit « quand je passerai là-haut mes pensées iront vers lui, vers sa famille ».

Alors nous avons skiés. C’était bien et peu simple. Mais c’était magique car improbable. Chaque après-midi il neigeait 5cm de neige rendant les virages doux et ludiques. La chaleur des après-midis transformait cette fraiche qui regelait doucement avant d’attendre les 5cm de neige suivante. J’ai douté et aimé car les pentes sont raides. Des sommets qui ne se gagnent pas qu’en poussant sur les pattes arrières sans relever le nez et sentir le meilleur chemin. 

Et puis j’aime quand je ne sais où je vais. Seul mon nez et mes envies me guident. Notre équipe était seulement magnifique. Il y avait Marion aux doigts de fée pour les opérés, il y avait Thibault son frère à la perspicacité pour comprendre ce pays en discutant avec Julia, il y avait Marc l’homme du windsurfing qui doute mais qui avance, il y avait Denis avec qui je construis depuis quelques années de belles histoires à travers les montagnes, il y avait Claude l’homme du sud au patois qui rappelle que nous avons besoin de l’histoire des peuples pour avancer et mon ami Christian avec qui j’ai partagé tellement d’expé. Une alchimie vraiment gouteuse. 

Les après-midis telles des marmottes nous dormions quand les orages de neige reblanchissaient les pentes. Max puis Julia étaient là pour nous raconter la vie au Kazakhstan. Nous faire rêver des montagnes à découvrir, les villages perdus mais aussi leur lien à la Russie. Leur famille quelques génération avant encore à Omsk. Aujourd’hui Max ski mais surtout grimpe. Il a une fureur de grimpe comme je n’ai lu que dans les récits d’alpinisme russe. Sans sacre ni sommet far, il veut gravir pour le plaisir d’être au cœur des montagnes, pendu à ces mains, le cœur enivré d’efforts. Julia est skieuse. Le sourire fin mais le regard pertinent, elle pose ces larges skis dans la pente avec détermination. J’aime son style et son humeur autant discrète que sûr. Eh La fioriture de ces ongles de mains peinturlurés chacun de couleur pastel différente en dit long sur l’égayement de la vie pour elle !!!

Aujourd’hui je me dis que l’histoire de l’alpinisme de cette ex-république de l’union soviétique ce lit à travers les hébergements : des anciennes citernes transformées en refuge, une vieille station météorologique russe encore en fonction mais croulante. Ou deux Russes se relaient tous les quinze jours pour mesurer le glacier, la pluie, la neige. Nous sommes allés observer leur antre. Elle ressemble à un navire qui a traversé de lointaines mer et qui continue inlassablement à avancer même si le poids des années à autant fatiguer les planches que les hommes. 

Je suis passé à Almaty en août 1996. Quand je vois ce qu’est devenue la ville, quand je vois l’envie d’organiser de Max et Julia je mesure la force de ce pays. Aujourd’hui l’actualité bouleverse notre perception de ces peuples à travers un personnage qui cristallise le conflit international, néanmoins les hommes des montagnes restent très proche de ce que nous aimons là-haut. 

Et puis Almaty, est une ville tellement accueillante en ce début mai. Les terrasses sous les allées d’arbres sont des vrais refuges pour nous voyageurs assoiffés de bière après toutes ces journées à pousser de la neige. 

Vous avez compris j’ai adoré et je ne rêve que de retourner continuer à explorer les faces de pays. 

En janvier je serai là-bas si cela tente certains. 

Merci Marion, Thibault, Denis, Christian, Marc, Claude et bien sur Julia et Max 

Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Les belles rencontres du monde ! 
Partager cet article
Repost0

commentaires