Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 19:33

Cet hiver lors du raid en Grèce nous avions évoqué avec Karin de faire une belle grande course cet été.

 Arete-de-Peuterey 3708 2

Karin avait envie d'une course sauvage. Mais aussi engagée. Engagée pas dans le sens prise de risque importante mais engagée dans le sens loin des sentiers battus avec la sensation qu'au fil des heures et des jours de grimpe, on oublie le jour ou l'on est parti. 

L'arête de Peuterey rassemble beaucoup de ces critères.

 

Depuis très longtemps je rêvais d'aller traverser le glacier du Freney sous le col de l'Inominata. J'ai eu l'occasion d'aller plusieurs fois faire l'intégrale de Peuterey (3 fois) mais aussi, quatre fois le pilier du Freney , 8 fois l'Inominata  mais jamais je n'étais monté au coi de l'Inominata pour basculer derrière.

 

Dans les années 60 mon père en voulant aller grimper la voie Ratti à la face ouest de la noire de Peuterey avait mis une journée pour traverser le glacier. Les photos étaient incroyables, descente dans les crevasses avant de remonter de l'autre côté. D'année en année le glacier évolue et pourtant il reste complexe à traverser. 

 

Et puis l'idée aussi d'aller dans ce coin était d'en profiter pour repérer l'accès de jour à la pointe Gugliermina. Car je rêve d'aller faire la voie Boccalate-Gervasutti. Mais ce sera une autre histoire dans un autre article. 

 

Bref Karin est libre les 3 premières semaines d'aout. On décide de se mettre en stand-by pour attendre le bon créneau. Les grandes chaleurs de mi juillet me font douter que la sortie sur l'arête après le grand pilier d'Angle soit encore en neige. Si elle est en glace c'est un long combat qui commence.

 

Finalement coup de chance le mauvais temps revient et plâtre les arêtes.  On décale le départ prévu le mardi au vendredi. Marion avec qui j'ai fait l'Inominata mi juillet se joint à nous avec le "gentil Mamat" (je peux pas dire le contraire tout le monde le dit).

 

Etre à 4 dans une grande course, 2 guides et 2 clients c'est vraiment bien. Déjà le poids du sac s'en ressent. On partage le gaz mais aussi nous ne sommes pas obligés de prendre une deuxième corde. Côté sécurité c'est aussi un grand avantage. En revanche il faut que les 2 guides aient la même notion d'engagement, une grande entente entre eux pour arriver aux mêmes décisions. Depuis 18 ans que je parcours le monde avec des clients, il n'y a pas beaucoup de guides avec qui j'aime partager ces grandes courses avec clients. Simon Destombes bien sûr. Tellement fort techniquement et surtout serein dans les moments difficiles. On a fait tellement de courses ensemble. Et Mamat. Pour son niveau bien sûr mais aussi sa rigueur, son exigence sur tous les points et son enthousiasme d'être là haut.  

 

Le vendredi, nous voilà de nouveau à emprunter le chemin de Monzino. J'adore cette montée. Et pourtant Dieu sait si je n'aime pas marcher. Mais là c'est le top. Que du dénivelé, pas de plat. Une section de semi via ferrata et nous voila au refuge. Ce soir ambiance vraiment très sympa dans ce refuge. Avec Mamat on met la pilée au babyfoot à Nikos (guide Grek) et Guisuppe (guide de Courmayeur).

Petite discussion avec Christophe Profit qui arrive à 20h30 avec 2 clients.

- dis Christophe tu vas où demain ?

- ben à l'arête sud de la Noire

- Heu !!! tu te serais pas trompé de refuge dis moi ? Normalement c'est de Borelli que l'on part. 

- Ah Non, j'ai jamais passé le col des chasseurs alors je me suis dit que cela pouvait être sympa. 

- Ah bon d'accord. Bon ben t'as pris de quoi dormir dehors ?

- Oui oui j'ai un gilet sans manche windstopper....

Pour l'histoire, le lendemain Christophe partira en même temps que nous, sortira au sommet à 20h20 et dormira tranquillement dans les rappels de la noire car il voulait rentrer par les vires Schneider. Le lendemain il enchaine sur l'Inominata. Respect.

Pour nous Samedi, réveil 4h. Envie de partir tôt pour avoir la neige dure pour traverser le glacier mais surtout envie de profiter d'une après midi complète au pied des Dames Anglaises. Tranquille montée au col de l'Inominata. Petite visite dans l'histoire de l'Alpinisme avec les plaques commémoratives en souvenirs du drame de 1961. A la descente de la tentative d'ouverture du pilier du Freney Antoine Veille, Pierre Kolhman, Adrea Oggioni avaient trouvé la mort.  

Incroyable une chaine avec 2 spits permet de poser un rappel 10m sous le col. En 2 rappels on rejoint le glacier.  

Et là on plonge dans le coin le plus sauvage du massif. Des faces très rarement grimpées ou jamais. Je découvre la face Est de la pointe de l'Inominata. Une face haute et compacte, vierge. Après 100m à zigzaguer dans les crevasses on prend l'option de tous s'encorder. Je tente de traverser un pont mais la vision que l'on peut rentrer une église dans le trou dessous me fait rebrousser chemin. Finalement on trouve une vague dans le repli du glacier et rapidement on se retrouve sous la Gugliermina. 

Les vires schneider sont surprenantes car compactes. Après quelques traversées on rejoint le petit nid de Craveri. Très sympa d'y arriver de jour. Les dernières fois j'y suis arrivé bien tard dans la nuit et surtout avec d'autres soucis que d'admirer le paysage. Aujourd'hui nous avons tout l'après midi pour profiter de ce cadre unique. 

Le bivouac est tout petit on tient tout juste à 4 dedans et à peine assis. Au menu ce soir : soupe potiron, riz avec granada. 

2h30 c'est l'heure. Toujours aussi dur de se lever à cette heure. Mais comme on a fait une monstre sieste la veille tiptop forme pour tout le monde. 

Le départ est un peu scabreux. De vieille cordes complètement pourries jalonnent la longue traversée. La veille je suis allé poser une corde fixe pour gagner du temps le matin.

La montée à la Blanche se fait rapidement et sans soucis. La neige est plutôt un atout. Mais déjà on aperçoit que sur la vallée de Cham le temps n'est pas beau. Les Jorasses sont prises dans le mauvais et de gros nuages noirs sont bloqués sur les aiguilles de Cham. 

Petit coup de tel à la météo au sommet Sud de la Blanche. Confirmation que cela doit se dégager dans la matinée et faire une belle journée. 40-50km/h de vent annoncé. Bon ben d'accord alors on file.

Dans la traversée entre les 2 sommets de la Blanche, Karin hésite dans la partie glace. "tu comprends moi de la glace je n'en ai jamais trop fait". Gloup's !!! Ah bon d'accord, alors on va prendre un peu plus de temps. Il faut reconnaitre que Karin est très sûre en rocher. Elle avance rapidement et surtout de manière très sécurit. Alors habitué à cette aisance, je pensais qu'en neige et glace ce serait pareil.

La descente en rappel sur le col se fait en 3 rappels mais il est préférable pour ne pas coincer la corde d'en faire 5. Il y a des sangles, mousquetons de partout. Ambiance engagée car le brouillard nous envahi et la visibilité est nulle. Petite remontée de 60m pour décoincer la corde.

 

A la faveur d'une trouée dans le brouillard j'aperçois le couloir Eccles. Il me semble fin mais jouable et surtout plus rapide que les rochers. On zigzag pour passer la rimaye puis on rentre par une vire de rocher dans le couloir. Finalement la glace est bonne, presque polystirene. On sort au sommet du GPA assez rapidement. L'arête est en neige mais on sent dessous la glace vive. Une couche de neige croutée posée sur 20cm de poudre posée sur la glace. Par contre on commence à sentir que le soleil est pas très loin derrière les nuages.  

A 15h on sort au sommet du Mont Blanc de Courmayeur. Le vent nous semble pas trop fort bien qu'il vienne du Nord. Par réflexe j'enfile la doudoune. En remontant au sommet du mont Blanc le vent forcit et c'est avec des rafales de plus de 80km/h voir 100 que l'on rampe jusqu'au sommet. Vite quelque photos avant de plonger sur la traversée des 3 monts pour rejoindre vers 20h le refuge des Cosmique.

Et voilà de retour à la civilisation, consulter les messages sur le tel portable pour savoir sur quelle course repartir cette semaine, comment se dessine la météo, mais aussi comment va la famille ce qu'on fait les copains. Le traintrain quotidien quoi !!!  

Bouh il est parfois plus difficile de revenir de ces courses car on aimerait qu'elles durent encore plus longtemps. C'est peut être pour ça que j'aime les expés. 

 

Merci Karin, Marion et bien sur Mamat d'être venus sur cette course. A cet automne pour un autre projet.

Arete-de-Peuterey 0014

L'arête vue depuis le col de l'Inominata (de droite à gauche : les dames anglaises, la Gugliermina, les 2 sommets de la Blanche de Peuterey, le GPA)

Arete-de-Peuterey 0019

Le glacier du Freney !!! 

Arete-de-Peuterey 0031

Les piliers du Freney en arrière plan. 

Arete-de-Peuterey 0037

En remontant en direction des vires Schneider

Arete-de-Peuterey 0069

Le glacier vu depuis les vires. Trouver notre trace !!!

Arete-de-Peuterey 0075

Le petit bivouac Craveri. Pas de place pour mettre le matériel à l'intérieur. Trop bo !!!

Arete-de-Peuterey 0057

La vue sur le glacier de la Brenva et au fond les Jorasses, le gd Combin

 

R0015989

Karin, Marion et Mamat

Arete-de-Peuterey 0090

Le réveil à 2h30 !!!

 P1010909

P1010906

Allez il faut se réveiller !!!

Arete-de-Peuterey 3517

P1010912

La neige finalement un atout dans  ces traversée en rocher délité

P1010915

Karin et les Jorasses en arrière plan

P1010908

Oulà !!! Ca aurait pu être le début de la fortune, un gros 4x4, un gd écran plasma!!! mais non dessous le four restera là car il est mieux là et moi je suis mieux avec mon vieux vw...

Arete-de-Peuterey 0106

Le sommet S de la Blanche avec le GPA en arrière plan

Arete-de-Peuterey 3544

Petite descente et grande émotion pour Karin dans cette descente pour rejoindre le sommet N. En arrière plan on devine sur la droite et au dessus de la rimaye le couloir Eccles.

Arete-de-Peuterey 3556

La traversée entre les 2 sommets

Arete-de-Peuterey 3573

Ca passe ou la rimaye ?

Arete-de-Peuterey 3591

Le couloir Eccles. Tiptop neige

Arete-de-Peuterey 3622

Quoique un peu de glace quand même !!

Arete-de-Peuterey 0115

Grand beau au sommet du GPA. Quelle vue !!!

Arete-de-Peuterey 0127

Mais ca se dégage. Là on commence à sentir la fin des haricots.

Arete-de-Peuterey 0134

Arete-de-Peuterey 0136

Et voilà, bascule sur le mont Blanc de Courmayeur.

Arete-de-Peuterey 3682

Arete-de-Peuterey 3691

Juste 40/50 km/h de vent. Merci Météo france !!!

Arete-de-Peuterey 0146

Sommet !!!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide - dans Alpinisme
commenter cet article

commentaires

HERMANN Jean Bernard 21/08/2011 15:10


Bonjour,
Ayant toujours adoré la haute montagne, mais aujourdhui "bloqué" par mon affaire qui me prends beaucoup trop de temps, je m'évade en regardant les sites et photos de personnes qui me font
vibrer.
Je donnerai beaucoup pour vivre un "truc" comme cela...
C'est super beau... cela me laisse rêveur....
Merci à vous de publier ce genre de choses, c'est vraiment... magnifique.
Si je pouvais aller un jour "que" jusqu'à ce bivouac, y passer une nuit, cela serait magnifique.
Encore merci à vous.
JB HERMANN


jeanguide 09/09/2010 22:35


Pour l'approvisionnement ce jour là ce n'était pas çà. Bcp de partage, on a mangé quasiment toutes les victuailles de Marion mais au final pas grand chose. Bon d'accord j'éviterai dans d'autres
articles mais GPA c'est tellement classique pour Grand Pilier d'Angle.


Virg 09/09/2010 21:25


Mais où va t'on si tu te mets à mettre des abréviations aux sommets ? Paskeu GPA, dans un domaine plus logistique, ça veut aussi dire Gestion Partagée des Approvisionnements!!