Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 09:47

Petit article sur les expé pro et les expé amateur. 

 

Cette réflexion m'est venue suite à l'expé dans le Sichuan avec Christian Tromsdorff, Bruce Normand, Kyle Demster, Wang Dongdong et Gu. 

 

Cela faisait 10 ans que je n'étais pas reparti en expé dite amateur. C'est à dire une expé ou je n'endossais pas le rôle de guide. Je n'avais pas la responsabilité de clients. 

 

Après 10 années à organiser en moyenne une expédition de haute altitude et 4 à 5 voyages grimpe ou ski de randonnée par an, je rêvais de repartir en "amateur". Une expé où l'on partagerait les décisions, les envies. Une expé où la notion de guidage s'estomperait au profit de celle du partage d'expérience. J'attendais énormément de ces moments privilégiés au camp de base ou chacun refait le monde à travers ses récits d'expé. 

 

Faut le reconnaitre que depuis 10 ans ou j'organise moi même mes expés, les idées de projet sont la plupart des envies perso. Des sommets ou faces que je rêve de grimper; des régions que je rêve de découvrir. Certaines de ces idées sont nées aussi parce que j'avais envie de les partager avec certaines personnes. 

 

Les exemples les plus frappants sont le Ratna Chuli (7235m) en 2000, le Gimigela (7350m) en 2003 mais aussi la Géorgie du Sud avec la traversée Schakleton, la Mongolie en Ski, l'Argentine à ski, le Noshaq (7498m) en Afghanistan. Bref quasiment tous ces projets naissent d'une envie très forte d'aller découvrir une montagne ou une région.

 

A aucun moment je ne me suis senti attiré par l'organisation de tel ou tel voyage parce que la marge financière était confortable. Bon nombre de fois j'ai préféré partir avec peu de personnes et souvent à 2 guides pour la sécurité mais aussi pour le plaisir de partager ces moments là haut. 

 

Je reconnais que certaines fois des amis ou des connaissances m'ont donné de très bon tuyaux et informations pour organiser certains projets. De mon côté je n'ai jamais été avare d'infos que ce soit entre guides mais aussi avec d'autres personnes non guides. Echanger c'est super. 

 

Ce qui me motive à proposer ces projets c'est le partage d'une vie commune dans un temps long mais à la fois restreint, dans un lieu que l'on rêve de découvrir. Comprendre les envies de chacun, les attentes, passer du temps à construire ce que l'on va vivre là bas est plus qu'important. C'est le fil conducteur un peu du voyage.

 

C'est pas de la philo mais simplement lié au fait que je crois que grimper, skier, voyager n'est qu'un prétexte, un vecteur à vivre des émotions fortes ensembles.

 

J'aime l'immersion en montagne. Quand on est plongé au coeur de l'immensité parfois austère des montagnes. L'autre, le compagnon est un énorme appui. 

J'aime les grandes courses avec bivouac pour le temps que l'on passe dedans, la concentration que cela demande.

J'aime le raid à ski surtout s'il dépasse 8 jours, pour le débranchement de la vie quotidienne que cela génère. Pour la distance incroyable que l'on parcoure. Parce que l'on voit plein de paysages differents tous les jours.

J'aime les expés pour l'altitude grisante. Pour le goût de l'oxygène rare. Pour la découverte de ces peuples de haute altitude. Pour la continuité au fil des jours.

 

Mais tous ça n'est rien si on le vit seul. C'est tellement mieux partagé...

 

Alors voilà pour revenir à cette expé au Sichuan, on peut pas dire que ce fut ça.

L'idée de départ était de partager une expé Christian Bruce et moi puis le team s'est vite agrandi. Kyle parce que c'est avec lui que Bruce a été piolet d'or l'année dernière et que leur duo fonctionne vraiment bien. Dongdong et Gu parce que  ce sont des amis de Bruce, que c'est chez eux que l'on grimpe (ils sont Chinois) et qu'ils ont aussi envie de découvrir ce massif de leur pays qu'ils ne connaissent pas. 

 

En faisant le récit de l'organisation et du déroulement de l'expé en dehors des moments de grimpe, il serait facile de faire le procès de certaines personnes mais ce serait dommage et cela n'apporterait rien. 

 

En revanche ce que j'en ai retiré : 

 

- la pression de la réussite fait oublier l'essence d'une expé: vivre des moments ensemble. 

- il n'y a pas d'âge pour se mettre la pression de la réussite. 

- La prise de risque est une notion perso (chacun met le curseur là où il le sent) qui doit se poser en amont afin de mieux comprendre les comportements sur place. Sur place, être attentif aux remarques de chacun permet de minimiser ce risque tout en gardant l'engagement que chacun veut mettre dans la progression. Je me rappelle de la discussion avec Kyle en remontant sous la pluie pour aller au Edgar. Il me disait que pour lui il avait besoin de sentir la montagne, pas forcément de la voir, mais de s'en approcher.   

- Au fil des expés on a tous nos réflexes et habitudes (acclimatation, nourriture, matériel). Refuser de voir ce que fait l'autre, refuser le changement c'est se priver d'une grande part de bons moments dans l'expé. Et surtout se priver de progresser. Y'a que les vieux croutons qui ne changent pas... 

- Ne pas tous parler courament la même langue est un énorme frein pour comprendre ce que souhaite l'autre.  

- L'enthousiasme est le moteur d'une expé. Surtout dans les moments difficiles. L'envie de se lever le matin pour retrouver les autres est un bon indicateur. Et je pense qu'avoir sa tente perso au camp de base est sympa pour des moments d'intimité si la tente mess est confortable. Dans le cas d'une tente mess vraiment moyenne, sans cook, sans table et chaises, partager une tente avec un copain de grimpe c'est mieux.   

- Il faut passer beaucoup de temps dans la prépa. 

 

Et Après :

Je ne sais pas si je repartirai en expé amateur prochainement, non pas que l'envie ne soit pas là mais plusieurs raisons me font douter :  

- La dispo par rapport à la famille est pas facile à trouver. Je suis en moyenne 5 mois de l'année loin de la famille pour le travail. Augmenter ce temps n'est pas facile et je ne suis pas sûr d'en avoir envie.  

- Trouver des amis avec qui partir, qui aient la même approche, les mêmes envies n'est pas si facile. 

 

Et puis je me demande si finalement fédérer des gens autour d'un projet n'est pas ce qui me motive le plus. Pro ou amateur pour moi peu importe....

 

La suite prochainement............

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide
commenter cet article

commentaires

jean 15/12/2010 16:55


Oui tu as raison Cathi sur certains points.
Pas d'harmonie entre nous ca c'est sur.
Pas d'attention aussi.
Et puis j'ai plus eu l'impression d'être à l'écoute des autres que eux à l'écoute de moi.
Repartir en amat oui mais avec qui ?
Parfois je me sent plus en amat avec certains clients qu'avec d'autres guides ou il y a pas d'échanges.


cathy 15/12/2010 13:45


on sent une amertume, l'impression que quelque chose a foiré...Est ce parce que tu attendais des sensations plus fortes qu'en expé pro?Que tu pensais que les décisions seraient prises d'un commun
accord et que chacun se rangerait à la majorité?Avec un but collectif et non perso? (Je ne sais pas comment ça c'est passé exactement)Ou alors ne plus avoir toutes les cartes dans sa main gènére
sans doute des frustrations quand on est habituè à prendre les décisions.Enfin et surtout ne pas se sentir en véritable harmonie avec ses compagnons, ne pas ressentir les memes émotions devant les
memes choses car chacun réagit avec son vécu, ses ambitions et son expérience.
En plus sacrifier des moments en famille fait que sans doute on est plus exigeant, qu'on a envie de moments plus forts que quand on est là pour bosser.La pression de la réussite est forcément pas
la meme puisqu'en pro je pense que la sécurité est la vraie pression..Mais il ne faut pas perdre de vue que l'essence meme de l'alpinisme(himalayisme..)est le partage vers le meme objectif en
réunissant ses compètences et à mon avis quand on est pro,(meme un pro brillant par ses réalisations avec clients,)il me semble sain de se retrouver en amateur pour revivre ses premières émotions
d'alpiniste, de grimpeur qui doute et les joies d'avoir partagé les risques.Si on perd cet esprit amateur,peut etre alors ne devient on qu'un vendeur de reves qui ne sont plus les siens?(ce qui
n'est pas donné à tout le monde et qui pourrait etre le definition du guide) Mais ce ne sont que des mots et je soupçonne fortement 'esprit amateur de gronder encore quelque part dans ta tete!!
Alors commence à réflèchir sur la prochaine expè avec tes potes!