Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 22:10

L’année dernière en finissant le raid dans le petit village de Kuummut, je m’étais dit que la prochaine fois que je reviendrai se sera avec des skis pour les enfants de ce village.  

 

Chaque fois que je suis arrivé dans ce village niché au fond du fjord de Tassilaq une dizaine d’enfants sont venu à notre rencontre. Curieux ils cherchaient à savoir d’où nous venions. On devinait dans leurs yeux beaucoup d’envie. Le soir discrètement ils essayaient de chausser nos skis en insérant leurs bottes de neige dans les fixations Dynafit pour dévaler les talus du neige encombrant les ruelles parfois à moitié sur les fesses. Alors je me suis dit, il faut absolument qu’un jour je revienne pour skier qu’avec eux.

 

Les mois d’été de l’année dernière on passés avec toujours cette idée en tête d’aller apprendre à skier au enfants de Kumuit.  Mais je ne pouvais me permettre de lancer ce projet que si une petite équipe me suivait pour retourner découvrir une autre traversée entre Sermililaaq et Kumuit. Pourquoi ? Monter un projet comme cela était vraiment couteux : prix des skis – prix de l’envoi sur place – prix de la logistique sur place pendant le projet.

Finalement l’équipe pour la traversée se constitue fin décembre et je peux lancer le projet « ski avec les enfants de Kumuit ».

 

2 magasins de location de ski de la station de ski des Houches vont adhérer au projet et fournir gratuitement les 22 paires de skis.

Un grand merci à eux.

Battendier Sport :link

Cachat Sport : link

Au final 22 paires de skis et 23 paires de chaussures sont partis début mars par fret - avion pour Kulusuk.

 

Comme l’idée est de partager ces moments avec des enfants de Kumuit, j’embarque dans ce projet toute ma famille Gabie et Emile et Christelle. 


 groenland enfant corrigé (28 sur 53)

Voici le résumé de ces 15 jours passés à Kuumut. 

Vous pouvez voir aussi toutes les photos sur :  Ski-avec-les-enfants-de-Kumuit Ski-avec-les-enfants-de-Kumuit link

 

Donc le 25 avril la fine équipe de la traversée Sermililaaq-Kumuit (voir article précédent) quitte le Groenland et je récupère toute la famille à l’aéroport de Kulusuk. J’en profite aussi pour récupérer les 5 cartons de ski/chaussures et bâtons. Grâce à Siggi et sa moto neige nous rejoignons son bateau arrimé à la glace à l’entrée du Fjord.

 

Plein de questions se bousculent dans ma tête : avant de partir je n’ai eu que très peu de contact avec les instits du village. Carl, un instit danois à fais le lien. Il est très motivé dans le projet mais m’apporte que très peu de réponse sur l’aspect pratique : disponibilité des enfants dans la journée, mise en place des cours, nombre d’enfants, tailles de chaussures, âge des enfants.

Au final je ne sais pas si ils seront 10 ou alors 50.

L’autre question, pas des moindre : ou et comment on se loger pendant ces 2 semaines. La service-house présente dans tous les petits villages du Groenland est faite pour accueillir des étrangers aux villages. Mais la service-House sert aussi de lieu pour se doucher et laver son linge à tous les villageois. Donc pas top pour rester 2 semaines en famille.

En arrivant au village Carl nous accueille et  nous propose de nous installer dans une petite maison. Il nous explique aussi comment fonctionne l’école. 5 instits danois et un directeur d’école Groenlandais. Les enfants vont à l’école le matin jusqu’à 12h. L’enseignement est autant dans les matières classiques mais aussi cuisine, ordinateur, travail du bois (surprenant pour un lieu où il n’y a pas de forêt)

Pendant les 15 jours suivant nous allons donc apprendre à skier aux enfants les après midi.

Le premier jour, quand on a ouvert les cartons les enfants se sont rués dessus. On a rien pus maitriser. L’envie des enfants était tellement débordante que nous sommes restés spectateur. Puis au fil des journées les cours se sont mis en place.

Pas de cours de style ESF ou tous le monde se suit à la queuleleu, ou le dernier ne peut rien voir de ce que fait le moniteur. Ici pas de remontées mécanique pas file d’attente.

Pas non plus d’uniforme rouge ni de contrôleur de la profession pour savoir si j’ai ma carte professionnel !!! C’est le fourbis organisé : les plus petits apprennent à évoluer sur le plat en se hasardant pour les plus téméraire dans de courte pente entre les maisons, les plus grands cherchent à monter le plus haut possible. Il faut rentabiliser l’effort de monter. Certains rivalisent d’astuce pour glisser le plus loin possible.

Mais malheureusement la règle reste la même pour tous il faut monter la pente à pied avant de la redescendre. Alors il y a ceux qui veulent glisser tout de suite et qui monte 10m, il y a ceux qui sont plus téméraire et qui monte en haut de la pente et puis il y ceux qui sont aventurier, qui ose aller un peu plus loin derrière la but.

Nous on jongle entre ces joyeux lurons. Comme aucun ne parle anglais et que malheureusement le Groenlandais « côte Est » ne faisait pas partis des options langue en France, on se débrouille avec les gestes. Et finalement c’est vraiment sympa et très axé sur le mimétisme.

Dans les premiers temps, pas de virages le but est de découvrir le plaisir de la glisse, de la vitesse. Alors on taille des schuss.  Puis quand la pente se raidit on comprend vite qu’un petit virage évite de retourner au tapis trop rapidement.

Au bout de quelques jours je me hasarde à faire un tour. L’idée est de monter sur la crête, de redescendre sur l’autre versant au bord du fjord puis de refranchir un petit col avant de rejoindre les pentes au dessus du village. 5 jeunes plus Gabie me suivent. Pour la montée pas de soucis, il suffit de pousser sur les pattes arrière. Bien que la trace soit à faire, il est rigolo de voir que chacun préfère faire sa trace. La descente est épique. La neige dure facilite le dérapage mais favorise aussi les chutes. C’est a celui qui arrivera le premier en bas. Gabie en profite un peu pour faire une belle démonstration de godille.

 

Malheureusement il n’y a pas assez de ski pour tous. Il aurait fallut envoyer une cinquantaine de paires. Alors on s’organise. Les chaussures sont rarement ajustées parfaitement aux pieds mais les enfants acceptent de se passer les skis. Mon grand regret reste quand même de ne pas avoir envoyé quelques paires de skis et chaussures pour adultes. On c’est surtout concentré sur les enfants scolarisé entre 5 et 13 ans. Mais dans le village il y aussi beaucoup de jeunes adultes qui rêvaient de skier.

 

Il faut savoir que la vie là-bas n’est pas rose pour ces jeunes. L’avenir l’est encore moins. Il n’y aucun travail durable. Une petite usine de mise en boite de poisson à été installé à l’extérieur du village il y a bien longtemps. Mais voilà cette usine a été racheté par un armateur des Iles Féroé. Son intérêt était d’avoir le droit de pêcher sur les côtes Groenlandaise. Depuis il a délocalisé la mise en boite. Au final plus personne ne travail dans cette usine. En sortant de classe primaire, pour poursuivre au collège il faut qu’ils aillent à Tasilaq (1/2 journée de bateau). Au delà du collège il faut qu’ils aillent étudier sur la côté Ouest à Nuuk. Mais le problème est que la langue n’est plus la même. Entre la côte Est et la côte Ouest la langue est différente. Donc si ils veulent continuer au  delà du collège il faut qu’ils apprennent une autre langue. Aucun enfant ne le fait... Alors l’alcool fait souvent son apparition très jeune.

 

Je pense que l’avenir de ces peuples dans ces régions isolées passera par le tourisme. Je n’ai que très peu de recul pour poser ce regard mais je crois que si ils arrivent garder leurs traditions et vivre grâce à la manne du tourisme on peut espérer que leur civilisation perdurera. Sur Kulusuk Mat qui est guide UIAGM travail chaque année avec des personne du village. Il essaye de mettre en place une vraie continuité pour les Inuits en travaillant directement avec eux. Ils organisent des traversées à ski, des raids à chien de traineaux, des trekkings, des ascensions l’été.

Malheureusement d’autres on fait des choix ou les Inuits n’ont pas de place dans leur tourisme. Cette année il y avait 3 groupes d’héliskieurs sur Kulusuk. On peut quand même vraiment se poser la question : Quelle place ont les Inuits dans ce Business. Quel rôle ont ils ? Au mieux ils seront femme de chambre ou cuistot dans l’hôtel (et encore) et le reste du temps il resteront le cul dans la neige à rêver en voyant ces machines voler. Qui plus est si le nombre de groupes d’héliskieurs augmentent les groupes de ski de randonnée ne viendront plus. Plus de trajet en chien de traineau pour rejoindre les villages reculés, plus de logement dans les villages …     

 

Voilà un court résumé de ces 15 jours à Kumuit.

Se serait trop long de rentrer dans les détails du fonctionnement de ces petits villages noyés sous la neige d’octobre à fin juin ou vivent encore quelques centaines de personnes.

Les choses qui m’ont vraiment marqué :

l’enthousiasme des enfants

la langue Inuit côte Est est une langue douce. Quand il la parle on dirait presque un mélodie.

La beauté des montagnes aux alentours

Mais aussi :

vivre dans le grand blanc 9 mois sur 12 c’est dur

je ne comprend toujours pas pourquoi leur langue ne leur ait pas enseigné. On sait depuis très longtemps qu’un peuple se sent fier et perdure si ces traditions, sa culture et sa langue perdurent. Le choix des danois en accord avec les autorités locales n’est pas clair pour moi.

 

Pour nous ce fut une expérience extraordinaire. Pas facile humainement car les freins et le manque d’enthousiasme de certaines autorités locales furent difficiles à comprendre. Les difficultés humaines du village sont aussi une dure réalité à voir.   

 

Et bien sur on réfléchit à comment faire perdurer ce projet. Je pense que pour la prochaine fois il faudra faire partir des vrai ski de randonnée.

 

En tous cas merci à Einar Torfi Finnson , Carl skou pour nous avoir aidé dans ce projet.

Voici quelques photos :

groenland enfant corrigé (12 sur 53)

Premieres heures de ski

groenland enfant corrigé (11 sur 53)

Sont fiers ces jeunes

groenland enfant corrigé (16 sur 53)

Suna la plus jeune

groenland enfant corrigé (15 sur 53)

Pas le choix faut porter

groenland enfant corrigé (13 sur 53)

Les premiers virages

groenland enfant corrigé (27 sur 53)

Allez j'y retourne au moins encore une cinquantaine de fois

groenland enfant corrigé (18 sur 53)

La dure réalité

groenland enfant corrigé (21 sur 53)

Robert qui se lache

groenland enfant corrigé (24 sur 53)

Une partie des jeunes

groenland enfant corrigé (25 sur 53)

Les traditions encore bien encrées dans les dessins des enfants

groenland enfant corrigé (41 sur 53)

Le contenaire ou l'on rangait les skis. 

groenland enfant corrigé (44 sur 53)

Derapage en neige dure plus ou moins maitrisé !!!

groenland enfant corrigé (47 sur 53)

Ils sont bien fier après le tour que l'on a fait. 

groenland enfant corrigé (4 sur 53)

Joseph

groenland enfant corrigé (45 sur 53)

Rober à fond sur les carres

groenland enfant corrigé (29 sur 53)

Dernières images de Kuumut. 

 

MERCI A VOUS LES ENFANTS DE KUUMUT. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide - dans Voyage Ski de rando
commenter cet article

commentaires

pierrot 11/06/2014 08:41

Bonjour Jean
Je viens de lire le récit de ton dernier voyage au Groenland. BRAVO. Il est vraiment super et très poignant.De merveilleux souvenirs sont ressortis grâce à ces commentaires que tu fais toujours
merveilleusement bien. On s'y croirait. Comme tu l'évoques, la dure réalité des choses et les difficultés sont hélas là, et pour l'avoir partiellement et très courtement vécu l'an dernier, il est
vrai qu'il y a de quoi se poser des questions sur l'avenir et le devenir de ces populations. Je pense que tes enfants ont du être touchés par cette réalité, comme je pense aussi que cette
expérience qu'ils ont vécu grâce à leur père restera un formidable souvenir qu'ils ne manqueront pas de partager avec leurs petits amis français.
BRAVO encore
Amitiés
Pierrot