Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 12:57

Il ne sera pas dit ou écrit qu'en 2011 je ne serai pas remonté à Eccles pour faire l'Inominata.

Depuis quelques années chaque année je monte pour faire cette arête. J'adore cet itinéraire. Il est varié, sauvage et pendant 3 jours on plonge dans le versant le plus sauvage du massif.

Avec Jean-Pierre compagnon de l'arête du Tronchey au Jorasses et du pilier Demaison au Pic de Burre cette saison nous revions de finir la saison sur une belle course. Je craignais que l'annonce du retour de l'anticyclone fasse que le bivouac Eccles soit complet voire débordant mais au final que neni, nous n'étions que 2 cordées.

 

La montée à Eccles cette année est un vrai régal, cela passe tout seul dans le glacier et hormis 100m de glace au début on évolue dans la neige. Pour la première fois je dors dans le nouveau petit bivouac du haut. L'année dernière les guides de Courmayeur ont descendu le petit bivouac car il était vraiment fatigué, il prenait l'eau. Il l'ont remplacé par le même mais en l'installant un tout petit peu plus haut. Matelas neufs, sacs à viande en polaire, c'est le grand luxe. Presque j'en ferais ma résidence secondaire. De toute manière j'aime cet endroit ou la vue est unique.

 

La veille à Monzino on a retrouvé une cordée de Pyrénéens. Jacques et le maestro Serge Casteran (voir l'article sur les aiguilles du Diable). Quelle bouche alors celui-là !!! Mais comme c'est bon de partager les mêmes valeurs sur l'engagement en montagne. Serge c'est un monsieur dans le monde des guides. Il n'aimera surement pas ce que j'écris mais peu importe. Sa liste de course avec clients est unique et impressionante, surement la plus importante et belle que je connaisse.. Y'en a qui s'évertuent à cocher les croix sur les cent plus belles de Rébufat, lui il coche tout...Alors se retrouver avec lui pour une course c'est la garantie de passer un bon moment.

 

A Eccles, rebaptisé bicvouac Gian Carlo Grassi, en hommage à ce monstre de la montagne, l'ambiance est au bloc l'après-midi. Soleil farniente et 2 ou 3 conneries à dire de temps en temps. Et l'on fait fumer les gommes des chaussures. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que Boréal s'en tire pas mal. Ou alors c'est le grimpeur qui sait poser ses pieds. Ou bien encore à l'image du débit de parole du propriétaire, les chaussures grimpent toutes seules !!!!.

 

Réveil 1h50, départ 2h40. Tip Top timing. On veut éviter le lever de jour dans les grands couloirs. La poignée de l'accélérateur à fond tout le départ roule. C'est vraiment agréable de connaitre le compagnon de cordée. La confiance que l'on met en lui pour évoluer corde tendue est primordiale. Avec JP, zero soucis. Précis, péchu, tout s'enchaine comme une cordée d'amateurs qui se connaissent parfaitement. Le jour nous rattrappe juste après la traversée des grands couloirs. Avec Serge papotant tout en poussant sur les cuisses, on ne se rend pas compte que l'on se trompe de rampe. On sera quitte pour 3 longueurs de rocher en plus. La fin de cette course est toujours toujours faite de grands moments, j'aime cette chevauchée sur l'arête du brouillard, les 100 mètres sous le mont Blanc ou l'on se pose avant de plonger dans la foule.

 

La-haut c'est le royaume du n'importe quoi, y'en avait un qui dessinait des coeurs dans la neige, posait son piolet au milieu, puis un nounours, puis un pétale de fleur et à chaque fois prenait en photo avec son tel portable son oeuvre pour l'envoyer a je ne sais qui.... surement une poupée barbie qu'il voulait impressionner !!! D'autres sont allongés dans la neige à moitié en train de vomir ou de se tenir la tête. D'autres se demandent comment il sont arrivés la-haut, trop vite, mais surtout ils ne pensent qu'à appeler ceux restés en bas pour les informer avant même de serrer la main de leurs compagnons de cordées. Côté air, les hélicons tournent dans tous les sens. Quand on sort sur le Mont Blanc de Courmayeur ils viennent nous raser. C'est super sympa.

 

Allez il est 8h30, le mont Blanc est envahit...sauve qui peut. On file sur l'aiguille du midi.

 

Merci JP pour cette course et surtout cette saison de folie.

Merci Serge et Jacques d'avoir partagé cette course.

Et Merci Armando, gardien de Monzino. Ne change rien c'est top.

 

R0017830

La face prise ce printemps encore bien enneigée.  

 

P1020649

Petit zigzag dans les séracs.

 

R1018718

Le club med version envers du Mont Blanc !!!

 

P1020655

Vue sur la noire avec la voie Ratti en face

 

R1018724

Monsieur Casteran qui fait des pitreries. Notez le style du chapeau !!!

 

 

Image1       R1018730

Sous l'oeil de Moscou...

 

R1018740

Bien haut quand le jour se lève.

 

P1020657

On n'est pas dans la voie mais c'est pas grave c'est beau.

 

R1018727

 

R1018753

La sortie avec le col de Peuterey en arrière plan

 

P1020660

 

R1018756

 

R1018754

 

 

 

R1018759

 

R1018767

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanguide - dans Alpinisme
commenter cet article

commentaires

GACHE Didier 07/03/2013 22:35

Joli reportage. Voie magnifique que je n'ai pas encore réalisé - un jour peut-être ! (mes compagnons de cordées sont un peu faible pour cette voie engagée) Dans le genre course ou tu ne rencontres
personne, j'aime bien le bivouac Sella (sympa aussi- en 2011 la bouteille de gaz était pleine, dire que pas grand monde y était passé) sur la voie de la Tournette. De plus en solo, donc pour être
seul, je fuis l'ersatz de Champs Elysées en redescendant dans la même voie avec des variantes d'itinéraires que le rappel m'autorise. Bonne continuation.